Contexte

La maîtrise de stage permet au praticien de terrain de devenir un enseignant dont le rôle est essentiel dans la formation des futurs médecins, spécialistes en médecine générale bien sur, mais également spécialistes d'appareil ou d'organe, ou de ceux de toute autre spécialité médicale, et qui auront à travailler ensemble.
La médecine générale, activité de soins ambulatoires de proximité, est par essence complémentaire des autres disciplines mais son champ d'action lui est propre. Au plan des pathologie tout d'abord car, autant les hôpitaux, et notamment les centres hospitaliers universitaires (C.H.U.), auront à prendre en charge des situations de faible prévalence mais de gravité avérée, autant le médecin généraliste sera amené à voir les mêmes situations qu'il transférera, mais prendra, le plus souvent seul, des affections à forte prévalence et moindre gravité.
De plus, il sera confronté quotidiennement à des motifs de consultations en rapport avec la prévention, le suivi des patients au long cours, indépendamment de leur sexe ou de leur âge, dans une démarche holistique incluant les données sociales, économiques, culturelles et toutes celles issues des sciences humaines et sociales.
L'ensemble devant être sous-tendu par une relation médecin-patient et une communication adaptée de qualité.
Le médecin praticien est donc le seul qui permettra à l'étudiant d'appréhender le contexte spécifique à la médecine générale et à lui faire acquérir les compétences nécessaires à la prise en charge des patients en situation de soins primaire

Conditions pour devenir M.S.U.

  • Pour devenir maître de stage, il suffit d'être installé ou d'avoir une activité régulière et programmée dans un cabinet de médecine générale.
  • Pour recevoir les externes en stage, il convient d'avoir une expérience professionnelle d'au moins une année, mais de deux années pour accueillir les internes.
  • Pour être maître de stage pour les internes en Stage Ambulatoire en Soins Primaires en Autonomie Supervisée (S.A.S.P.A.S), il faut avoir déjà reçu en stage des internes pendant au moins trois ans.
  • Une lettre de motivation et un C.V., relatant l'expérience professionnelle, le parcours universitaire et les formations suivies, doivent être envoyés au D.M.G. par courrier ou courriel à l'intention Mme Nadine Charron.
  • La candidature sera ensuite examinée lors du Conseil d'Administration (C.A.) du D.M.G.
  • En cas de réponse positive du C.A., la demande sera étudiée par la commission d'agrément de l'Agence Régionale de Santé (A.R.S.).
  • Le médecin alors agréé s'engage à suivre une formation pédagogique adaptée au niveau des étudiants qu'il souhaite encadrer. (Renseignement auprès du C.G.E.L.A.V.)

Les droits et devoirs des M.S.U.

  • L'interne est un médecin en formation dont la fonction relève d'un statut particulier. Ainsi, la semaine de travail est de dix demi-journées dont deux pour la formation personnelle et institutionnelle. Les honoraires générés par l'interne, quand il consulte en autonomie, restent la propriété du praticien. L'activité de l'interne en autonomie ne peut être celle du praticien et est limitée en nombre d'actes. Il s'agit en aucun cas d'un "remplacement".
  • Une convention lie la faculté de médecine, l'étudiant et le maître de stage.
  • L'agrément initial est valide pour une année, puis pour cinq ans, renouvelable tacitement.
  • Le maître de stage évalue son étudiant en cours de stage et propose, ou non, la validation de cette formation. Cette évaluation pédagogique se fait à partir de grilles spécifique basées sur l'acquisition des compétences. Elle repose sur les données de la super-vision qu'effectue le maître de stage de l'interne lors des consultations réalisées par ce dernier.
  • L'étudiant évalue son maître de stage, également à partir de grilles spécifiques.

Les avantages à être Maître de Stage des Universités

  • Etre M.S.U. permet de s'interroger sur sa pratique en l'explicitant à l'étudiant et en ancrant les connaissances théoriques et pratiques de ce dernier dans la réalité du contexte de soins ambulatoires.
  • Contrairement à certaines idées reçues, les internes n'ont pas plus de compétences que les praticiens. En effet, les compétences qu'ils peuvent acquérir à l'hôpital, si elles sont utiles, ne sont pas nécessairement transposables dans le contexte du cabinet quand elles concernent des situations vues dans les services hospitaliers, et non adéquates pour la majorité des demandes des patients.
  • La plupart des internes deviennent les remplaçants de leurs maîtres de stage. Ils apprécient de travailler dans un environnement connu, aussi bien de la logistique que de la patientèle.
  • Certains internes s'associent ou succèdent à leur ancien maître de stage.
  • Une rémunération est prévue pour le maître de stage dans le cadre de cette fonction pédagogique particulière.
Vous pouvez obtenir tous les renseignements complémentaires :
  • En vous connectant au site du C.G.E.L.A.V. ou du C.N.G.E.
  • En téléphonant directement au secrétariat du D.M.G. (02 40 41 28 26)
  • En contactant par courriel le responsable des stages chez le praticien au D.M.G.